Prêt Locatif Social : quels sont les avantages ?

10
02/2014

C’est le moins connu des dispositifs pour investir dans l’immobilier neuf et pourtant, investir avec un PLS, Prêt Locatif Social, offre de nombreux atouts. Pour tout savoir de l’investissement en PLS.

Comment investir en PLS Prêt Locatif Social © Trouver-un-logement-neuf.com
Si les investisseurs connaissent la loi Pinel pour le logement intermédiaire, la loi Malraux pour le patrimoine historique ou encore l’amendement Censi-Bouvard en résidence services pour investir dans l’immobilier neuf, ils sont très peu nombreux à profiter du PLS, Prêt Locatif Social pour se constituer un patrimoine dans la pierre. Pourtant, le PLS a ses avantages, même s’il reste complexe. Mode d'emploi pour réaliser un investissement en PLS, Prêt Locatif Social.

Le PLS, qu’est-ce que c’est ?


Basiquement, le PLS, Prêt Locatif Social est un prêt bancaire de 50 à 100 % du montant de l'opération qui octroie des avantages à son bénéficiaire, c’est-à-dire à l’emprunteur ou pourrait-on dire à l’investisseur. Un prêt qui sert à financer l’achat d’un logement neuf qui sera loué selon un certain plafond de loyers et sous conditions de ressources à un locataire. Comme pour le dispositif Pinel, en contrepartie de contraintes sociales, l’investisseur en PLS profite alors d’avantages fiscaux et financiers.

Quels sont les avantages du Prêt Locatif Social ?


Dispositif peu connu pour investir dans l'immobilier neuf, le Prêt Locatif Social est pourtant pertinent grâce aux nombreux avantages qui lui sont associés. TVA réduite, exonération de taxe foncière, fiscalité réduite sur les loyers rendent cet investissement immobilier attractif.
  • Une TVA réduite à 10 % 
Les investissements avec un PLS permettent une économie de 10 points de TVA, depuis le 1er janvier 2018. En effet, une TVA réduite à 10 % s’applique dans la construction du logement social, contre 20 % pour l’achat d’un logement neuf classique.
Exemple : pour l’achat d’un logement neuf d’une valeur de 250 000 €, la TVA représente 50 000 €, contre seulement 25 000 € pour un investissement en PLS, soit 25 000 € d’économies.
  • Une exonération de taxe foncière
Le dispositif prévoit une exonération de la taxe foncière sur les propriétés bâties de 15 ans à 25 ans, à partir de l'année suivant la livraison.
  • Une fiscalité abaissée sur les loyers
Si le cumul avec le dispositif Pinel n’est pas possible, l’investisseur profite du statut de bailleur privé, ce qui lui permet d’obtenir un abattement fiscal de 30 % sur les loyers perçus. 
Atypique mais intéressant, les atouts financiers de la TVA réduite et de l’exonération de taxe foncière compensent largement le plafond des loyers qui est imposé à l'investisseur en PLS, selon les spécialistes. A découvrir ci-dessous les conditions pour profiter des avantages du PLS pour investir.

Comment bénéficier du Prêt Locatif Social pour investir ?


L’investisseur en PLS peut être soit une personne physique, soit une personne morale par le biais d’une SCI. Il doit signer une convention d’une durée minimale de 15 ans avec l’Etat s’engageant à louer le bien selon un plafond de loyers et à des locataires sous conditions de ressources et au titre de leur résidence principale. L'investisseur en PLS s'engage à louer nu le bien immobilier.
  •  Qui sont les locataires d’un investissement en PLS ?
Concrètement, les logements financés en PLS sont destinés à des ménages aux revenus trop élevés pour bénéficier des habitations sociales financées par le Prêt locatif à usage social, PLUS, mais pas assez élevés pour le secteur intermédiaire ou le marché libre. Un plafond de ressources des locataires d'un logement en PLS s'applique donc. Il est revalorisé chaque année par les pouvoirs publics.
Exemple : pour une personne seule à Paris et en l’Ile-de-France, le plafond de revenus en N-2 ne doit pas dépasser 31 208 € et 27 131 € dans le reste de la France.
Pour un ménage avec deux enfants, le plafond de revenus s’établit à moins de 73 000 € à Paris et moins de 52 600 € hors IDF, soit 4 388 € de revenus mensuels. Cela concerne une large partie des locataires français.
  •  Quels sont les plafonds de loyer d’un investissement en PLS 2020 ?
Les plafonds de loyers pour les PLS à appliquer pour répondre aux engagements d'un investissement en PLS sont également revalorisés chaque année. Exemple ici avec les plafonds applicables pour l'année 2020 :
Zone A bis : 13,54 €/m² (Paris et le Grand Paris)
Zone A : 10,44 €/m² (IDF, Lyon, Marseille, Lille, Montpellier, la Côte d'Azur, le Genevois français...)
Zone B1 : 8.99 €/m² (Nantes, Bordeaux, Strasbourg... et certaines villes touristiques ou territoires tendus comme Bayonne, Annecy...)
Zone B2 : 8.61 €/m² (Les villes de moins de 250 000 habitants comme Brest, Lorient...)
Zone C : 8 €/m² (Les zones rurales)
Il s’agit du loyer plafond mensuel par mètre carré de surface utile, c’est-à-dire la surface habitable, à laquelle s’ajoute la moitié des surfaces annexes : cave, balcon, terrasse, parking... selon la zone géographique où est situé le logement.

Comment utiliser le Prêt Locatif Social ?


A noter que la signature de la convention avec l’Etat permet aux locataires de bénéficier des APL, Allocation Personnalisée pour le Logement que le bailleur peut recevoir directement en déduction du loyer. En revanche, il est impossible de louer à ses ascendants ou descendants ou à ceux du conjoint de l'investisseur.
Par Céline Coletto

Retour à la liste de conseils

0
bot