Le retour de l’inflation sera-t-il bon pour le crédit immobilier ?

04
10/2018

Alors que les taux d’intérêt restent toujours très attractifs, la reprise de l’inflation pourrait avoir un rôle positif pour les emprunteurs, comme dans les années 70. Est-ce toujours le cas ? S’interroge le courtier en crédit immobilier, Empruntis.

inflation et crédit immobilier
La reprise de l'inflation est-elle une bonne nouvelle pour les emprunteurs ? Pas si les salaires n'augmentent pas également.
Alors que les taux des crédits immobiliers sont toujours très bas, la reprise de l’inflation s’apparente pour certains comme une bonne nouvelle, comme cela a été le cas dans les années 70. Éléments de réponses avec Empruntis, spécialiste du courtier en crédit immobilier.

Peu de changements sur les taux d’intérêt


En ce début de mois d’octobre, l’automne 2018 reste marqué par une stabilité des taux d’intérêt. Selon le courtier Empruntis, le baromètre mensuel des taux d’emprunt présente peu de nouveautés, les barèmes bancaires en mouvement n’étant pas nombreux. Comme ces derniers mois, les banques maintiennent leur politique conquérante pour la fin d'année. Certaines ont présenté en ce début d'octobre des barèmes à la baisse pour les profils à hauts revenus et des barèmes stables, voire en légère hausse pour les profils « moyens ».
Pour autant, précise Empruntis, les décotes sont plus que jamais possibles, pas besoin d'avoir un profil « premium » pour réaliser des négociations importantes avec les banques.

Un taux moyen de 1.35 % sur 15 ans


Reste qu’avant même ses décotes, le courtier note tout de même une légère baisse du taux moyen sur 15 ans qui passe à 1.35 %. On observe toujours une stabilité sur 20 ans à 1.60 %. Deux taux mini diminuent également.
Malgré cette attractivité des taux, la durée des prêts à tendance à s’allonger avec l’augmentation des prix. Si la capacité d’emprunt est un élément clé pour déterminer la durée de son prêt, rappelle Cécile Roquelaure, directrice des études d’Empruntis, « il va falloir adapter la charge d'emprunt aux revenus et donc ajuster la durée. Mais cela ne doit pas être le seul critère : s'agit-il d'un bien que l'on veut conserver à long terme ou sait-on déjà qu'il ne s'agit que d'une étape immobilière ? Des questions nécessaires car rallonger la durée a un coût. Pour un financement de 150 000 € entre 20 et 25 ans, le coût du crédit augmente de 57 % ».

La reprise de l’inflation est-elle une bonne nouvelle pour les emprunteurs ?


Autre actualité du moment, la reprise de l’inflation que certains évoquent comme un élément très positif pour les emprunteurs. « Dans les années 70, l'inflation était forte, les taux de crédit élevés mais les revenus augmentaient de façon rapide. Le salaire minimum net de prélèvement annuel a été multiplié par 4 entre 1970 et 1980. Ainsi le rapport entre la mensualité d'emprunt et les revenus change et permet de réduire l'effort du ménage. Pour que l'inflation soit un atout, il faut donc que les revenus augmentent... Mais l'inflation peut aussi avoir un effet à rebours : si les revenus ne progressent pas suffisamment, les ménages vont être désolvabilisés par la hausse des taux. Nous aurons moins d'acheteurs ce qui contraindra les vendeurs à baisser leur prix. Un effet de levier sur le pouvoir d'achat certes mais à quelle échéance ? », analyse Cécile Roquelaure.Par Céline Coletto

Retour à la liste d'actualites

Le Parc de Maison Blanche
bot