Moins de primo-accédants déjà début 2018

14
02/2018

L’année 2018 sera certainement marquée par un recul du marché immobilier et donc de celui du crédit immobilier. Les premiers touchés sont les primo-accédants, dès ce début d’année, selon les derniers chiffres du courtier Cafpi.

premier achat immobilier
La part des primo-accédants a reculé de 13 points entre décembre et janvier chez le courtier Cafpi avec de premiers signes de désolvabilisation.
On s’en doutait, mais cela se confirme : les primo-accédants sont déjà moins présents en ce début d’année sur le marché immobilier neuf ou ancien. Alors que le Crédit Foncier estime que le volume de crédits à l’habitat attendu pour 2018 va diminuer d’environ 6 % pour s’établir à 167 milliards d’euros, de premiers signes de désolvabilisation apparaissent sur le marché du crédit immobilier.

Les primo-accédants en recul de 13 points


En effet, d’après le courtier Cafpi et l’étude des prêts immobiliers signés en janvier, la part des primo-accédants dans sa clientèle est repartie à la baisse, à 47 % contre 60 % il y a un mois, avec un emprunt moyen qui repasse sous la barre des 200 000 €, 196 604 € précisément sur 235 mois. Le taux d’effort est en forte hausse, passant de 4,21 années de revenus il y a un mois à 4,83 années aujourd’hui.
Comme on pouvait s’y attendre, « la réforme du PTZ et la suppression des APL Accession, entrées en vigueur au 1er janvier, commencent à montrer leurs effets pervers », explique Philippe Taboret de Cafpi, qui espère même que le gouvernement fera rapidement machine arrière sur cette problématique car « sans ces aides, les ménages les plus modestes ont plus de difficultés à finaliser le financement de leurs acquisitions ».

Lire aussi - Quelles conséquences pour le recadrage du Pinel et du PTZ ?

 
S’ils sont moins impactés par les réformes, les autres accédants ont également joué la prudence en janvier. En maintenant leur effort à 4,64 années de revenus, contre 4,63 en décembre, leur emprunt moyen se retrouve en baisse avec 190 795 € sur 187 mois, contre 215 691 € sur 199 mois le mois dernier.
Reste que 2018 devrait être encore une bonne année pour l’immobilier. Le Crédit Foncier rappelle cette semaine qu'en dépit de cette baisse annoncée du marché du crédit immobilier, ce volume de 167 milliards d’euros serait supérieur de 40 % aux points les plus bas constatés ces dix dernières années, en 2009 et 2012 quand « seulement » 119 milliards d’euros de prêts avaient été réalisés.Par Céline Coletto

Retour à la liste d'actualites

bot