Augmentation du pouvoir d’achat immobilier neuf à Strasbourg

12
10/2018

En cet automne 2018, Strasbourg profite d’un pouvoir d’achat immobilier neuf en hausse, selon le dernier baromètre conjoint entre le courtier Empruntis et le portail spécialiste de l’immobilier neuf, Trouver-un-logement-neuf.com. Explications.

immobilier neuf Strasbourg
Comme dans le parc du Heyritz, le calme règne plutôt sur les prix de l'immobilier neuf à Strasbourg en cet automne 2018. © Fotolia
Alors qu’ouvre pour trois jours le salon de l’immobilier de Strasbourg, Trouver-un-logement-neuf.com propose un état des lieux des prix de l’immobilier neuf dans la capitale alsacienne. Un tour d’horizon alors qu’avec le courtier Empruntis, un récent baromètre dédié au pouvoir d’achat immobilier dans le neuf montre que les Strasbourgeois profitent actuellement d’une meilleure capacité pour emprunter.
Avec des prix et des taux d’intérêt en baisse, la mensualité diminue également et cela offre un pouvoir d’achat immobilier en hausse de 3.6 %. Il faut compter 1 115 € par mois pour acquérir un trois-pièces à Strasbourg en empruntant sur 20 ans. Cela sans compter le possible bénéfice du Prêt à Taux Zéro pour les primo-accédants.
En effet, le prix de l’immobilier du neuf à Strasbourg est de 237 000 € pour un trois-pièces, en baisse de 2.35 % en 6 mois. Sur les autres typologies de logement, la tendance est plutôt partagée ; mais globalement, les prix restent plutôt sages dans la capitale alsacienne : 173 000 € pour un deux-pièces par exemple, 80 000 € de moins qu’à Lyon.

Une soixantaine de programmes neufs en vente dans Strasbourg


Sur Trouver-un-logement-neuf.com, sur une soixantaine de programmes neufs en commercialisation, on peut trouver des appartements neufs avec deux chambres de 134 000 € en TVA réduite jusqu’à 400 000 €.
Dans la métropole strasbourgeoise, on voit aussi que le marché du neuf reste plutôt sage. Les prix fluctuent assez peu. En 6 mois, les prix ont varié de plus ou moins 5 000 € environ, sauf à Ostwald, au sud de Strasbourg, où le prix moyen d’un trois-pièces augmente de 3.5 %, soit 6 700 €, à 211 000 € pour un T3.
Ailleurs, c’est stable, comme au sud, à Illkirch à 222 000 € ou encore à Lingolsheim à 173 500 €, donc plus abordable. Au sud-ouest, mais en deuxième couronne strasbourgeoise, stabilité aussi à Obernai, mais qui reste une commune alsacienne très prisée. Il faut compter en moyenne 253 000 € pour acheter un appartement neuf avec deux chambres, soit 15 000 € de plus que dans Strasbourg.
Si l’on se dirige vers le nord de la capitale alsacienne : hausse de 2.5 % à Bischheim à 190 000 € le T3 en moyenne. Plus loin que l’eurométropole, on croise la ville de Brumath où l’on compte une demi-douzaine de programmes neufs en commercialisation avec un prix moyen en dessous des 200 000 € pour un trois-pièces. Nous arrivons ensuite à Haguenau, en zone B2, où malgré une hausse des prix de 1.5 %, en 6 mois, le prix moyen pour un T3 est de 190 000 €.

Un millier de logements neufs vendus à Strasbourg


Reste que selon les chiffres des promoteurs, les ventes ont diminué de 30 % sur l’eurométropole de Strasbourg depuis le début de l’année, même si cela représente tout de même un millier de logements neufs de vendus en 8 mois, c’est 500 de moins qu’à la même période l’an dernier, notamment en raison du recul des ventes aux investisseurs.
Quid de l’avenir ? Le Grand Est risque tout de même d’être pénalisé dans l’avenir puisque plusieurs villes situées en zone B2 ne seront plus éligibles au dispositif Pinel à compter de 2019 et que la quotité pour bénéficier du PTZ, Prêt à Taux Zéro, pour les primo-accédants est divisée par deux. Exemples à Haguenau, Gambsheim ou encore Colmar dans le Haut-Rhin.
Strasbourg souffre également d’un manque d’offre, le projet d’écocité des « Deux Rives » pour urbaniser certains secteurs en direction du Rhin et de l’Allemagne a par exemple du retard sur les objectifs de départ. Du coup, il y a peu de choix pour séduire véritablement les investisseurs. Peu de nouvelles commercialisations, c’est aussi à terme une pression sur les prix. A voir donc si le pouvoir d’achat immobilier neuf des Strasbourgeois continuera à progresser dans les prochains mois.Par Céline Coletto

Retour à la liste d'actualites

0
bot