Crédit immobilier : les premiers taux d’intérêt de 2018

05
01/2018

Des hausses, des baisses mais surtout de la stabilité pour les taux d’intérêt des crédits immobiliers en ce mois de janvier, avec quoi qu’il en soit des taux qui restent toujours attractifs pour les emprunteurs. Revue de détails.

crédit immobilier 2018
Le nombre de prêts financés par Empruntis en 2017 a grimpé de 23 %, mais pas sûr que cela se poursuive en 2018.
Il n’y a pas de réelle tendance pour l’évolution des taux d’intérêt des prêts immobiliers en ce début 2018. En effet, d’après le baromètre mensuel du courtier Empruntis, le mois de janvier présente un baromètre des taux similaire à celui du mois dernier. Cela reste stable sur les durées les plus demandées par les emprunteurs : 1.50 % sur 15 ans et 1.70 % sur 20 ans, tandis que cela augmente sur 10 ans de 5 centimes pour atteindre 1.25 %, quand cela recule d’autant sur 25 ans, à 1.90 % en moyenne.
C’est le quasi statuquo et pourtant, le courtier a bien reçu de nouvelles grilles de barèmes des établissements bancaires : sur 26 barèmes, 15 sont orientés à la baisse. « Comme prévu, les banques restent attentistes en ce début d'année, indique Cécile Roquelaure, directrice des études et de la communication d'Empruntis. Elles attendent de voir comment va évoluer la demande avec les nouvelles conditions de marché : PTZ, APL accession, prix de l'immobilier... »
Toutefois, la situation pourrait évoluer à la hausse selon la décision du Conseil Constitutionnel sur l'amendement Bourquin à propos de la résiliation annuelle de l'assurance emprunteur pour les crédits souscrits avant février 2017 et l'évolution récente des OAT, cet indicateur de référence pour les taux, égal à 0,72 % au 2 janvier contre 0,55 % début décembre.

Une année 2017 en trompe l’œil pour le crédit immobilier


En attendant d’en savoir plus pour les prochains mois, Empruntis tire aussi le bilan de l’année 2017. Si 23 % de projets immobiliers supplémentaires ont été financés l’an dernier, comparé à 2016, le courtier évoque une année 2017 en trompe l’œil.
Si le début d'année a été très prometteur, en raison d'une fin d'année 2016 historique qui a permis de jouer sur les volumes du premier trimestre 2017 ; dès le printemps, Empruntis a noté une baisse de la demande sur le marché.
Ainsi, les nouveaux projets lancés par les emprunteurs, c’est-à-dire ceux dont le dossier est finançable et avec promesse de vente signée, ont baissé de 6 % par rapport à 2016, dont - 11 % pour les primo-accédants.
De même, les intentionnistes, ceux qui souhaitent acheter, sont eux-aussi moins nombreux : - 21 %. Si les investisseurs restent eux très présents parmi ces intentionnistes : + 21 %, la part des primo-accédants recule de 20 %, - 17 % pour les secundo-accédants.
Cela s’explique d’abord, parce que les taux ont légèrement augmenté, précise Empruntis. Ils sont toujours très bas mais les quelques hausses ont écarté du marché certains ménages modestes. Ensuite, parce que les prix de l'immobilier ont connu une forte remontée. Exemple avec la ville de Bordeaux : + 12 % d'augmentation sur l'année. Enfin, le marché fait face à une pénurie de biens. Pour Cécile Roquelaure, « si la construction a soutenu la demande, elle reste insuffisante. Et les secundo-accédants sont bien moins nombreux à avoir l'intention de vendre ». Pas sûr donc que l’année 2018 soit aussi florissante pour le crédit immobilier que 2017.Par Céline Coletto

Retour à la liste d'actualites

Le Parc de Maison Blanche
bot