Emprunteur, profitez du retard des banques dans leurs objectifs !

21
06/2018

Les banques ont besoin de rattraper leur retard sur leurs objectifs commerciaux et cela profite toujours aux emprunteurs qui peuvent bénéficier de taux quasi-historiques. Explications.

taux intérêt prêt immobilier
Les banques sont en retard sur leurs objectifs commerciaux et cela profite aux emprunteurs qui obtiennent des taux proches des plus bas historiques.
« Les taux abordent l’été à des niveaux quasi historiques », observe le courtier en crédit immobilier, Empruntis, dans son dernier baromètre dédié aux taux par régions et alors que les banques sont loin d’avoir bouclé leurs objectifs commerciaux. La situation est donc a priori profitable aux emprunteurs.
En effet, ce mois-ci encore, les banques affichent des taux d’emprunt toujours très bas. Les évolutions sont au compte-gouttes avec seulement une vingtaine de barèmes reçus et les régions affichent quasi-toutes des taux équivalents. « Les banques continuent d’être agressives commercialement, afin de rattraper leur retard sur les objectifs », explique Cécile Roquelaure, directrice des études chez le courtier. Les emprunteurs sont du coup gagnants puisqu’ils peuvent emprunter à des taux toujours très faibles.

Des taux proches des plus bas historiques


Sur 42 taux mini en France, soit 7 régions, 6 durées, Empruntis relève seulement 2 mouvements : le taux sur 15 ans en région Méditerranée augmente de 1 centime ; le taux sur 7 ans en région Nord recule de 2 centimes. Sur 42 taux moyens en France, ce sont uniquement des baisses qui ont été observées comme dans le Grand Est ou l’Ile de France…
C’est ainsi que le Sud-Ouest reste la plus attractive sur 15 et 20 ans avec des taux moyens de 1.40 et 1.70 %. Les autres régions affichent toutes 1.45 % sur 15 ans et 1.70 % sur 20 ans, hormis l’Est où les taux restent plus élevés en moyenne : 1.50 % sur 15 ans et 1.75 % sur 20 ans. Les taux s’approchent donc des records historiques de l’automne 2016 ; mais « malheureusement, cela ne permet pas de compenser la hausse continue des prix de l’immobilier dans les grandes métropoles », ajoute Cécile Roquelaure.
Même si les banques poursuivent leurs efforts, les prix de la pierre mettent en effet en difficulté certains emprunteurs. Le pouvoir d’achat immobilier est en recul dans la plupart des grandes métropoles françaises, à l’exception de Lille. Cela pousse certaines catégories d’emprunteurs à s’éloigner des centres-villes pour être moins pénalisées par les prix. Reste toutefois à noter que les taux s’approchent des plus bas historiques. De quoi alléger la note tout de même !Par Céline Coletto

Retour à la liste d'actualites

Le Parc de Maison Blanche
bot