Les bons plans pour négocier son prêt immobilier

03
01/2019

Même si les taux d’intérêt restent très attractifs, il est encore possible d’augmenter son pouvoir d’achat immobilier en négociant au mieux son crédit. Tour d’horizon des bons plans pour mieux emprunter.

négociation crédit immobilier
Négocier le taux d'intérêt de son crédit immobilier n'est pas le seul bon plan pour augmenter son pouvoir d'achat. © Stocklib
Négocier son taux d’intérêt, voilà une des clés pour augmenter son pouvoir d’achat immobilier ; mais ce n’est pas la seule, bien au contraire. En effet, si les taux des prêts immobiliers sont très attractifs, qu’ils compensent en partie l’élévation des prix dans l’immobilier neuf ou ancien, il y a d’autres leviers à négocier pour augmenter sa capacité à emprunter ou diminuer le coût de son crédit. Le taux d’assurance, les frais de dossier, les frais de courtage, le coût de la caution... voici quelques-unes des pistes à suivre, selon le courtier Credixia.

Bon plan n°1 : opter pour un courtier


Pour s’y retrouver, il semble en effet indispensable de se faire épauler par un professionnel pour obtenir les meilleures conditions. Le métier de courtier en prêt immobilier est une profession réglementée dont le rôle est d’être l’intermédiaire entre les banques et le particulier en recherche de financement pour son projet immobilier. Le courtier en prêt immobilier est un négociateur au service des emprunteurs pour faire jouer la concurrence et leur proposer la meilleure offre. En contact permanent avec les grands établissements bancaires, les courtiers bénéficient d’une expertise confirmée sur le crédit immobilier. Leur rôle est de conseiller l’emprunteur sur le montage de son dossier et bien sûr l’optimisation des coûts.

Bon plan n°2 : gare aux frais de dossier et de courtage


Passer par le biais d’un courtier permet en général d’éviter de payer des frais de dossier à la banque. Quel que soit le courtier, lorsqu’un particulier finance une acquisition par son intermédiaire, il perçoit systématiquement une commission versée par la banque ; mais parfois, certains établissements de courtage dits « payants » facturent des frais de dossier entre 1 et 1,5 % du montant du prêt, quand d’autres sont sans honoraire et sans frais de courtage. Ils se rémunèrent seulement sur la commission versée par la banque. Cela peut représenter 3 000 € pour un prêt de 200 000 € sur 20 ans. Attention donc dans le choix de son courtier.

Bon plan n°3 : négocier son taux d’intérêt mais pas seulement


Opter pour un courtier permet de négocier au mieux le taux d’intérêt. Le courtier trouvant l’établissement bancaire qui offrira le meilleur taux en fonction du profil de l’emprunteur. Une négociation qui fonctionne aussi pour l’assurance-emprunteur. Le coût de l’assurance influence considérablement sur le TAEG, taux annuel effectif global, qui est la traduction, sous forme d'un taux, du coût réel d'un crédit immobilier. Il est là encore souvent avantageux de souscrire une délégation d’assurance plutôt que l’assurance de la banque quand le profil du client le permet.
Exemple, pour un homme de 30 ans, cadre et non-fumeur, qui emprunte 200 000 € sur 20 ans, l’assurance-emprunteur peut passer de 0.07 % avec délégation d’assurance à plus du double auprès d’une banque.

Bon plan n°4 : attention aux petites lignes


Il est incontestable qu’un client obtiendra une meilleure offre de prêt en passant par un courtier plutôt qu’avec une banque en directe. Cependant, il est important de ne pas se fier qu’au taux d’intérêt : en matière d’assurance-emprunteur, on l’a vu, mais aussi sur d’autres paramètres de l’offre : l’absence de pénalité en cas de remboursement anticipé, la modularité des échéances du prêt… Au regard des statistiques, un prêt immobilier dure en moyenne 7 ans, cela signifie que tous les 7 ans, à chaque nouveau prêt, l’emprunteur devra verser des frais de dossier et/ou des frais de courtage, rembourser de façon anticipée son prêt. Des sommes qui une fois additionnées peuvent devenir conséquentes.
D’où l’importance de négocier l’ensemble des coûts d’un crédit immobilier. Toujours en prenant l’illustration de Credixia d’un prêt de 200 000 € sur 20 ans pour un cadre de 30 ans, non-fumeur, le gain en passant par un courtier peut atteindre presque 10 000 € et plus de 35 € d’économies sur les mensualités versées chaque mois, soit plus de 430 € par an. Pas rien donc !Par Céline Coletto

Retour à la liste de conseils

bot